A partir d’un texte du Cantique des cantiques, Michel Bona fait un parallèle avec l’Église, de l’épouse qui doit suivre Celui qui nous conduit dans un endroit que nous ne connaissons pas encore et qui par la foi nous conduit dans un lieu d’espérance et de foi.

L’Église doit susciter l’interrogation de la part des gens de l’extérieur, elle doit contraster avec le monde pour que l’on s’intéresse à elle…